Honorine, le bonheur de la dignité retrouvée

Honorine, le bonheur de la dignité retrouvée

Honorine est aujourd’hui âgée de 46 ans. Elle porte dans son âme le chagrin de deux deuils, le souvenir des affres d’un ménage sans ressources, et heureusement, enfin, la joie d’avoir rencontré SOS Villages d’Enfants. Tout commence en 2000 avec la disparition de son premier époux, monsieur Millogo, tâcheron de son état. Le revenu de la famille se réduisit aussitôt aux fruits de l’activité agricole à laquelle elle dut s’adonner contre mauvaise fortune. La terre ne leur fit pas grâce, les ressources manquèrent constamment. Consciente que la vie vaut tout de même la peine d’être vécue, Honorine contracta un second mariage avec monsieur Ouattara. Comme si le malheur s’acharnait résolument sur elle, une courte maladie vint mettre fin aux jours de ce deuxième mari qui lui fit deux enfants. Entre plusieurs petits commerces infructueux Honorine resta inconsolable. Ce d’autant plus la charge des enfants en exigeait plus que les hypothétiques bénéfices des ventes. « Il était difficile pour moi de garantir le repas quotidien », nous confie – elle, avant de poursuivre, sentencieuse : « Avec toutes ces difficultés, la scolarisation des enfants était un luxe. » C’est à la faveur de l’équipe du Programme de Renforcement des Familles que le changement fut amorcé dans le ménage d’Honorine. Elle obtint de quoi lancer un petit commerce dans le marché du quartier, tandis que ses enfants furent inscrits pour une prise en charge sanitaire et scolaire. Tant et si bien que les mots d’Honorine à propos de SOS Villages d’Enfants en disent long sur sa joie d’une dignité retrouvée. « Ce n’est pas seulement le soutien de SOS qui me touche, c’est aussi la bienveillance avec laquelle ils prennent en charge les enfants », reconnaît-elle. Et lorsque, au détour d’une question le souvenir de ses mariages revient, elle avoue se consoler avec la joie de voir ses enfants scolarisés leur redonnant ainsi l’espoir de voir leurs rêves se réaliser.